L’année 2016 fut bonne pour les start-up suisses. Le Canton de Vaud affiche des levées de fonds records, AC Immune a fait son entrée au Nasdaq, et plusieurs start-up romandes se profilent dans des secteurs d’avenir comme la santé ou les drones. Sans parler d’un écosystème zurichois en pleine effervescence, dans le sillage du développement de Google. Tout va plutôt bien, donc. Mais tout pourrait aller mieux. Et, sur plusieurs niveaux cruciaux, 2017 devrait être une année charnière.
– Première priorité: le niveau de capital-risque investi en Suisse n’est pas suffisant pour jouer dans la cour des grands. Nous devons franchir un pallier, et améliorer sensiblement les conditions cadre pour encourager l’investissement dans nos entreprises innovantes. En réponse à un de nos postulats, le Conseil fédéral va présenter un rapport dans les jours qui viennent avec des propositions concrètes pour améliorer la situation. Et parallèlement, le Fonds suisse pour l’avenir verra le jour d’ici la fin de l’année. Un fonds de fonds d’un volume de 500 millions à son lancement, destiné à accueillir les investissements des caisses de pension suisses dans le tissu économique local, et dont le soussigné préside le Conseil de Fondation.
– Deuxième priorité: la fiscalité des start-up doit être clarifiée (notamment pour encourager les investisseurs et les entrepreneurs). Le Réseau a établi dans le Canton de Vaud un dialogue direct entre l’administration des finances et les entrepreneurs, suite aux errements du Canton de Zurich en la matière. Un dialogue durable, avec une administration très bien disposée. En parallèle, à Berne, le Département des finances a réuni les directeurs cantonaux des finances pour proposer des mesures fiscales encourageant l’investissement et une valorisation avantageuse des start-up suisses.
– Enfin, troisième priorité, la Suisse doit affronter la révolution numérique et en profiter pleinement. La Confédération doit encourager cette transition. Le Conseil fédéral en a pris conscience et la présidente de la Confédération, Doris Leuthard, va réunir, d’ici la fin de l’année, un catalogue de mesures pour stimuler la transition numérique suisse, soutenue en ce sens par l’association digitalswitzerland (et Le Réseau, son antenne romande).
On le voit, l’année 2017 sera riche en mesures prises pour stimuler le capital-risque, l’investissement dans nos entreprises, et le transition numérique. Reste un aspect où nous devons être meilleurs: notre politique migratoire, pour le recrutement de talents et de cerveaux. Après des années d’errements (suite au vote sur l’immigration de masse), le Parlement a mis sous toit une excellente solution qui nous permet de rester dans les programmes de recherche européens, et de maintenir les bilatérales. L’essentiel est sauf. Mais nous pouvons aller plus loin, et développer une politique migratoire agressive pour attirer les meilleurs talents, notamment des pays tiers, de Chine, d’Inde, ou… des Etats-Unis. Les cafouillages migratoires du nouveau président américain pourraient être un déclencheur…
Nous vous souhaitons une bonne lecture, et restons à l’écoute de toute proposition pour le développement de l’écosystème. Que vous soyez entrepreneur, chercheur, ou investisseur…
Fathi Derder
Président Le Réseau
Conseiller national
Share.

About Author

Bérengère Miffon

Bérengère est active dans la communication depuis plus de 10 ans. Ses diverses expériences en Suisse et à l'international en communication institutionnelle, communication de marque et de service, stratégie digitale et communication de start-up lui permettent aujourd'hui d'avoir une vision globale et efficace de la communication et du travail de chef de projet qu'elle est heureuse de mettre au service du Réseau.

Leave A Reply

  • Autres liens

  • Suivez-nous sur Facebook

  • Partenaires communication

©2016 Le Réseau. Powered by Agence-ACP .